Meurtre d’Amine Bentounsi à Noisy-le-Sec: un policier est renvoyé devant les assises

Le gardien de la paix qui a tué Amine Bentounsi le 21 avril 2012, à Noisy-le-Sec, est renvoyé devant les assises pour /«violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner».
/ L’enquête détaille l’ampleur des solidarités policières et politiques mises en place.*

Le 25 avril 2012, sa mise en examen pour homicide volontaire avait provoqué la colère de ses collègues policiers.
À dix jours du second tour de la présidentielle, plusieurs centaines de policiers de Seine-Saint-Denis avaient défilé en armes sur les Champs-Élysées, gyrophares allumés et deux-tons hurlants.
Dès le lendemain, le candidat Nicolas Sarkozy (UMP) leur avait promis « une présomption de légitime défense, car dans un État de droit, on ne peut pas mettre sur le même plan un policier dans l’exercice de ses fonctions et le délinquant dans l’exercice de ses fonctions à lui »/.

Le 19 septembre 2014, au terme d’une minutieuse enquête, Nicolas Aubertin, vice-président chargé de l’instruction au tribunal de Bobigny, a renvoyé le gardien de la paix Damien Saboundjian, âgé de 35 ans, devant les assises pour/ « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l’autorité publique »/.
Co-saisi de l’affaire avec sa collègue Vanessa Lepeu, le juge d’instruction a décidé de requalifier les faits un grade en dessous car /« l’information n’a pas permis de démontrer formellement que Damien Saboundjian avait voulu tuer Amine Bentounsi en tirant volontairement à quatre reprises dans sa direction »/, précise-t-il dans son ordonnance de mise en accusation.
Nicolas Aubertin écarte l’état de légitime défense. Selon lui, le policier, très bon tireur, /« cherchait manifestement à interpeller coûte que coûte Amine Bentounsi, sans veiller à assurer sa protection.
Enfin, rien n’établit que le fuyard l’ait à un quelconque moment réellement menacé, si ce n’est ses seules affirmations, difficilement corroborées par les versions multiples de G. B. (son collègue, ndlr) et aucunement confirmée par les témoins de la scène »./

Le 21 avril 2012, vers 20 h 30, un appel anonyme prévenait le centre de commandement de la police de Seine-Saint-Denis de la présence d’un individu nommé « Amine », recherché pour vol à main armée, devant un bar de Noisy-le-Sec.
Repéré par un équipage de Police secours, Amine Bentounsi, 28 ans, s’enfuit. Les trois policiers qui s’engagent à ses trousses ignorent alors ses antécédents judiciaires. Ils pensaient partir sur un contrôle de routine.
Père d’une petite fille de six ans, le jeune homme était en cavale depuis juin 2010 et avait accumulé onze condamnations depuis son adolescence, dont trois devant les assises (lire son portrait dans /Libération/ ).
(…)
Dans sa course, le fuyard lâche une grenade, qui se révélera factice, puis sa ceinture, ses gants et un étui d’arme de poing. Un des policiers chute, ils sont distancés. Leur quatrième coéquipier Damien Saboudjian, resté au volant du véhicule, contourne le pâté de maisons et tombe nez avec nez avec Amine Bentounsi. Le policier affirme alors avoir été braqué une première fois, s’être recroquevillé dans la voiture, puis s’être engagé à pied à la poursuite du jeune homme. /« Quand je suis sorti de la voiture après avoir été braqué, j’ai entendu mon collègue G. B. crier « attention, il a un gun » »/, ajoute-t-il lors de sa première audition à 2 heures du matin le 22 avril.
Dix à quinze secondes plus tard, plusieurs coups de feu retentissaient et Amine Bentounsi tombait face contre terre, touché par une balle au bas du dos. Quatre douilles seront retrouvées au sol sur le trottoir d’en face.
Courant derrière lui, son coéquipier G.B. est le premier à arriver sur les lieux. Le gardien de la paix découvre un revolver au sol à côté du fuyard qu’il écarte. Puis il s’aperçoit, en voulant le menotter, que le jeune homme saigne abondamment dans le dos. Il le place alors en position latérale de sécurité. À 20 h 39, leur chef de bord demande l’intervention des sapeurs-pompiers. Évacué par hélicoptère, Amine Bentounsi décède d’une hémorragie interne à 5 h 10 à l’hôpital Pompidou.
Quant au policier tireur, en pleurs, il est pris en charge par un agent de la brigade anticriminalité, puis par une cellule psychologique avant d’être interrogé par l’IGS vers 2 heures du matin. Il sera placé en garde à vue le 23 avril à 17 heures, près de deux jours après les faits. /« Je calmais mon collègue qui répétait qu’il avait tiré, et touché la personne,/ a dit l’agent de la Bac interrogé par l’inspection générale de services (Police des polices parisienne, ndlr). /Il disait « Je l’ai touché, je crois qu’il est mort, il ne m’a pas laissé le choix, il m’a braqué et j’ai tiré ». »/
Interrogé par l’IGS, Damien Saboundjian a affirmé avoir été à nouveau braqué par Amine Bentounsi et avoir effectué en/ « panique »/ un /« tir de riposte » « pour le neutraliser, pour mettre fin au danger car j’allais mourir »/.
Selon lui, Amine Bentounsi l’/« attendait sur le trottoir en face avec le revolver. Tant que je ne sortais pas, il restait sur le trottoir à m’attendre »/.
Comment alors explique-t-il l’avoir touché dans le dos ? Amine Bentounsi se serait retourné au moment où il a ouvert le feu, suggère le gardien de la paix. /« À aucun moment je n’ai voulu le tuer, c’était pour me défendre »/, insiste-t-il devant le juge le 10 octobre 2012.
Son coéquipier G.B. a d’abord confirmé sa version avec force détails. /« J’ai aperçu cette personne se retourner plusieurs fois et soudainement il a pointé son arme en direction de mon collègue,/ a-t-il affirmé le 22 avril à l’IGS./ Je veux préciser qu’il s’est figé, il ne fuyait plus, il était bien campé sur ses pieds. Il tenait l’arme d’une main, il avait le bras devant lui semi-fléchi le canon dirigé vers mon collègue. »/
Mais ses propos ont considérablement changé au fil des auditions. Au point que les enquêteurs de l’IGS ont fini par lui demander s’il ne mentait pas /« pour couvrir (son) collègue »/. Devant la police des polices puis le juge d’instruction, G.B. a reconnu qu’il n’avait pas vu la scène et n’avait fait que répéter /« par déduction »/ ce que lui avait dit son coéquipier. Le commissaire de permanence cette nuit-là pour la Seine-Saint-Denis a d’ailleurs déclaré à l’IGS en août 2012 qu’à son arrivée sur les lieux, les trois collègues de Damien Saboundjian/« étaient formels, ils n’avaient pas vu la scène au cours de laquelle les tirs avaient eu lieu »./
L’expertise et la contre-expertise effectuées ne permettent pas de trancher. Les deux rapports concluent qu’au début de la fusillade, Amine Bentounsi pouvait se trouver de face comme de dos. /« Rien ne s’oppose à ce que la version du mis en examen soit exacte,/ affirment le balisticien et le médecin légiste dans leur contre-expertise du 2 janvier 2014. /Il faut moins d’une seconde pour qu’un homme fasse un demi-tour sur lui-même. Il faut environ une seconde pour qu’un tireur (…) tire quatre coups de feu. »/

Les témoignages des six voisins et automobilistes, qui ont entendu les coups de feu et vu une partie de la scène, sont plus gênants pour le fonctionnaire mis en examen. Aucun n’a vu Amine Bentounsi le braquer. Deux ont en revanche vu le fuyard chuter puis se relever juste avant les coups de feu, ce que n’évoquent jamais les policiers. Quatre occupantes d’une Peugeot 306 affirment même avoir été braquées un court instant par un Damien Saboundjian /« complètement paniqué »./ Un autre automobiliste a d’abord cru assister à un règlement de comptes entre malfaiteurs. Le bas de caisse de sa voiture a été atteint par une balle à 30 centimètres du sol, /« ce qui semble démontrer qu’au moins ce coup de feu était dirigé du haut en bas »/, observe le juge d’instruction Nicolas Aubertin.
Le juge estime que le policier /« est allé sciemment au contact d’Amine Bentounsi, sachant qu’il était armé (…) alors qu’il avait la possibilité de se mettre à l’abri derrière un fourgon Renault Master stationné à proximité immédiate »./ Mais Damien Saboundjian assure qu’il est sorti pour localiser le jeune homme qu’il avait perdu de vue et craignait de le voir surgir dans son dos. /« Je regardais toujours derrière moi, devant moi, car j’avais peur qu’il arrive derrière moi pour me tirer dessus »/, a-t-il déclaré en garde à vue. Marié et père de deux enfants, le fonctionnaire est rentré dans la police en 2002 /« un peu par hasard »/, après un CAP de pâtissier et plusieurs emplois précaires.
De façon inhabituelle en matière de violences policières, l’enquête n’a rien laissé au hasard.
L’IGS a entendu la soixantaine de fonctionnaires (policiers et pompiers) qui étaient passés par la scène de l’homicide. La police des polices a épluché l’ensemble du trafic radio, la géolocalisation des véhicules, ainsi que les factures détaillées (fadettes) de téléphone portable de plusieurs policiers. Elle a mené une réelle enquête de voisinage, ce qui a permis de retrouver plusieurs témoins. Une reconstitution a eu lieu. G.B. et Damien Saboundjian ont été entendus à de nombreuses reprises, sans ménagement, par l’IGS puis par les juges d’instruction qui ont pointé les incohérences dans leurs versions. Soupçonnés de s’être concertés, les deux hommes ont même été placés sur écoute de mai à juillet 2012.
Ces écoutes, dont Damien Saboundjian semble avoir été averti – il met en garde ses interlocuteurs à plusieurs reprises –, sont de peu d’utilité pour l’enquête elle-même. On découvre des policiers /« sous cachets »/, marqués, qui ne dorment plus et se disent /« traumatisés »/ à l’idée même de revenir à Noisy-le-Sec sur les lieux de la fusillade. Mais les écoutes éclairent surtout de façon inédite les dessous de l’impressionnante solidarité policière qui se met en place autour du fonctionnaire mis en examen. Les bœufs-carottes de l’IGS et les juges de Bobigny, réputés anti-flics, en prennent pour leur grade. /
« J’aurais préféré être jugé sur Paris (…) parce que Paris, ils sont plus cools avec les flics »/, glisse Damien Saboundjian à un de ses amis policiers le 5 mai 2012.
Persuadé qu’il obtiendra un non-lieu, le policier, délégué syndical au sein du commissariat de Noisy, se vante d’avoir obtenu l’éviction d’un officier de l’IGS qui lui a /« mis la pression »/durant une audition et dont il a /« balancé »/ le nom /« au préfet et au syndicat ». « Nathalie Orioli/ (ex-secrétaire nationale d’Unité SGP Police FO, ndlr),/ elle a une audience avec l’IGS, le directeur/, explique le policier à sa sœur le 5 mai. /Elle leur a remis les pendules à l’heure. Elle a dit : écoutez, vous avez deux solutions. Soit moi je vais casser votre service, soit le lieutenant vous le foutez ailleurs. »/ Le même jour, le policier mis en examen affirme à son chef de bord que /« le lieutenant qui m’a auditionné, qui m’a mis la pression, à mon avis il va changer de service »./
Le 9 mai, c’est la syndicaliste elle-même qui appelle le policier mis en examen : /« On est monté à l’IGS, on a mis un coup dans la fourmilière. L’officier, il va manger et ils vont être très soft. » « Attends, ils ont touché, non seulement ils ont touché à un flic mais ils ont touché à un syndicaliste, attends, un truc qu’y faut jamais faire ça »/, s’exclame Damien Saboundjian le 12 mai à autre ami. Contactée par Mediapart, Nathalie Orioli nous répond que/ « tout s’est réglé »/ et refuse de commenter plus avant. Le nom du lieutenant en question continue en tout cas d’apparaître dans la procédure.
Ses ex-collègues tiennent Damien Saboundjian régulièrement au courant des auditions à l’IGS, à l’exception de G.B. avec lequel son contrôle judiciaire lui interdit tout contact. S’il ne fait pas confiance au tribunal de Bobigny, le policier peut en revanche compter sur le ministère de l’intérieur. Il est reçu par /« un pote à Sarkozy »/ et ex-flic Christian Lambert, préfet de Seine-Saint-Denis, ainsi que par le directeur départemental de la sécurité publique.
/« Il (le préfet Lambert, ndlr) m’a dit, l’administration est avec vous,/ raconte Damien Saboundjian le 5 mai 2012 à un ami policier. /Il m’a dit, on vous soutient jusqu’au bout. Les frais de justice c’est nous qui vont (sic) les payer, c’est nous qui payons tout, il m’a dit. Il m’a dit, on vous mute où vous voulez et on vous garde votre salaire. »/ Dix jours plus tard, il confie à un autre ami que /« le préfet a parlé avec Sarkozy et Guéant pour le faire muter »/ à Grenoble, sa région d’origine où vit sa famille. Le 26 avril, le père de famille a en effet été suspendu avec maintien du traitement et affecté à Grenoble.
Il ajoute, selon le résumé en style indirect des enquêteurs, que/ « dans la situation où il est il claque des doigts pour obtenir ce qu’il veut »./ Il espère même /« avec cette affaire »/ prendre/« le grade de brigadier ou des échelons ». « La DRCPN (direction des ressources et des compétences de la police nationale, ndlr) dit amen à tout »,/ précise-t-il le 1^er juillet 2013. Une syndicaliste lui propose également d’accélérer les demandes de mutation de ses coéquipiers. Ses trois coéquipiers obtiennent de fait leur mutation pour Toulon, Bordeaux et la brigade équestre. /« C’est jackpot pour eux/, constate un brin amer Damien Saboundjian le 29 juin 2012. /Et moi toute la merde, c’est moi qui l’ai bouffée. »/ Il dit aussi qu’il passe pour un /« héros »/à Grenoble mais que lui a /« honte »./
Le 17 mai 2012, le premier déplacement du tout nouveau ministre de l’intérieur socialiste Manuel Valls est pour le commissariat de Noisy-le-Sec. Tout un symbole./ « Apparemment tout le monde il est avec, même le ministre, le nouveau ministre il est passé nous voir »/, réconforte le 24 mai un ami policier au téléphone son collègue mis en examen. Le même jour, son chef de bord lui précise qu’à Noisy-le-Sec, le ministre n’a pas voulu parler à la famille d’Amine Bentounsi qui l’attendait devant le commissariat. /« Putain… bien … je suis bien content »/, réagit le policier.
Un de ses supérieurs, officier, lui fait part six jours plus tard du soutien du maire (centriste) de Noisy-le-Sec. Un autre, commissaire, lui propose via un syndicaliste de renforcer sa défense face à la famille qui vient de prendre pour deuxième avocat un cador du barreau, M^e Dupont-Moretti.

M^e Daniel Merchat, l’avocat du policier, indique ne pas avoir fait appel de l’ordonnance de mise en accusation. /« Nous en prenons acte et ne souhaitons pas commenter »/, dit l’avocat. Pas d’appel non plus du côté de la famille d’Amine Bentounsi, même si M^e Michel Konitz, l’un des deux avocats de la famille, regrette la requalification des faits. /« Les juges ont eu un certain courage, ils n’ont pas enterré le dossier et l’ont instruit dans un temps normal : le policier est quand même renvoyé pour avoir tué quelqu’un »/, réagit-il.
/« Les enquêteurs ont fait un véritable travail de fourmi/, reconnaît Amal Bentounsi, la sœur d’Amine. /Mais ça reste un fait exceptionnel, dans toutes les autres affaires de familles faisant partie du collectif, ce n’est pas le cas. Le justiciable policier reste au-dessus du justiciable ordinaire. »/

Amal Bentounsi appelle à un rassemblement contre les /« abus policiers »/ le 15 novembre 2014 devant le ministère de la justice.

Source:* http://www.mediapart.fr/journal/france/221014/meurtre-noisy-le-sec-un-policier-est-renvoye-devant-les-assises/ en date du 22 octobre 2014 | Par Louise Fessard – Mediapart.fr

Communiqué de presse « URGENCE NOTRE POLICE ASSASSINE »

À l’issue du délibéré du procès pour diffamation contre la police

Amal Bentounsi, Farid El Yamni et Hamid Aït Omghar tiendront une conférence de
presse mercredi 28 mai à 9h15

Au Tribunal de Grande Instance de Paris

Poursuivie par le Ministère de l’Intérieur pour une vidéo dénonçant l’impunité
entourant les crimes policiers, Amal Bentounsi saura si elle est condamnée
mercredi 28 mai à 9h00, à la 17ème chambre correctionnelle de Paris.

Quel que soit le verdict, l’accusée compte solliciter Christiane Taubira, aux
côtés de Hamid Aït Omghar et Farid El Yamni, qui ont, comme elle, perdu leurs
frères au cours d’une interpellation policière. Pour elle, « chaque année, il
y a trop de morts, trop d’enquêtes qui se soldent par un non-lieu au bout de 7
ou 8 ans de procédure incomplète, comme celle de Lamine Dieng samedi dernier.
Il est temps que des mesures sérieuses soient prises. Aujourd’hui c’est nous,
mais cette tragédie peut toucher n’importe quelle famille demain.

Suite à la mort de son frère d’une balle dans le dos le 21 avril 2012, Amal
Bentounsi avait diffusé la vidéo sur son site « Urgence Notre Police Assassine
», qui recense les cas de morts dans le cadre d’interventions policières ces
dernières années. Si Manuel Valls, alors Ministre de l’Intérieur, avait décidé
de la poursuivre pour diffamation, la Procureure Aurore Chauvelot a elle
demandé la relaxe le 7 avril dernier, au cours du procès d’Amal Bentounsi.
Cette dernière avait fait témoigner d’autres familles de victimes, le
chercheur Mathieu Rigouste, et la porte parole du Collectif Stop le contrôle
au Faciès Sihame Assbague pour tenter de démontrer que son cri de douleur est
basé sur des faits réels et elle n’est pas une volonté de nuire, il rejoint le
signal d’alarme tiré par de nombreux chercheurs, magistrats, ONGs et anciens
Ministres avant elle.

À une semaine de son procès, Farid El Yamni lançait une pétition sur la
plateforme Change.org s’adressant au Ministère de l’Intérieur. Exigeant
l’abandon des poursuites contres Amal Bentounsi, avait recueilli plus de 7000
signatures.

urgence-notre-police-assassine.fr/

Appel de soutien à Amal Bentounsi !

Amal Bentounsi a été convoquée le mercredi 20 février 2013 devant la police pour « diffamation envers une institution représentant l’autorité publique ». Une plainte déposée par le ministre de l’Intérieur Manuel Vals lui reproche certains contenus de son blog : http://www.urgence-notre-police-assassine.fr/.
Son frère Amine Bentounsi a été tué le 21 Avril 2012 d’une balle dans le dos par un policier depuis mis en examen pour homicide volontaire. Gyrophares allumés, une centaine de voitures de police avait alors bloqué les Champs Elysées le 26 avril 2012 pour défendre leur collègue.
Quant à Nicolas Sarkozy, il avait préconisé, en leur répondant, la nouvelle notion de « présomption de légitime défense ». Souvenons-nous que Sarkozy s’était déjà attaqué à Hamé du groupe de rap La Rumeur qui avait écrit que « (…) les rapports du Ministère de l’Intérieur ne feront jamais état des centaines de nos frères abattus par les forces de police sans qu’aucun des assassins n’ait été inquiété ». Au bout de 8 ans de procédure l’Etat a été débouté de son action.

En s’attaquant au combat d’Amal Bentounsi pour rendre la vérité et justice à son frère assassiné, Manuel Vals ne change pas de politique par rapport à ses prédécesseurs sarkozystes.

Nous, soussigné(e)s, dénonçons cette nouvelle tentative de mettre en cause la liberté d’expression. Nous, nous déclarons solidaires d’Amal Bentounsi, exigeons le retrait de la plainte de Manuel Vals et l’abandon de toutes poursuites judiciaires éventuelles contre Amal Bentounsi.

Le 5 mars 2013

Contact, signatures, soutiens à renvoyer à : solidariteab@free.fr

Manuel Valls et sa police privée de tabou.

Grande est la continuité entre la répression sous l’autorité des Sarkozy, Hortefeux et Guéant et celle dirigée par Manuel Valls et François Hollande. Roms traqués, immigrés expulsés, enfants « pourchassés, violentés et humiliés » (1), expulsion de la militante politique basque Aurore Martin vers l’Espagne (2,3), déploiement faramineux de polices sur le site de Notre Dame des Landes (4) pour que le projet pharaonique d’Ayrault (sorte de Premier ministre et ancien maire de Nantes) se réalise. La continuité est telle que des policiers lanceurs d’alerte sous Sarkozy sont réprimés sous Hollande (5).

Difficile de s’en étonner. Puisque le vrai pouvoir est entre les mains des capitalistes qui dictent leurs conditions jusque par voie de presse, et qui font parler des dizaines de chroniqueurs sur le thème de la « compétitivité ». Payer toujours moins les salariés et les précariser continûment sont les exigences non négociables de ces possédants. Reste au pouvoir politique, qu’il soit néolibéral de droite ou néolibéral de centre-gauche (social-libéral), à obtempérer, sinon le sabotage de l’économie serait effectué en représailles automatiques ; ainsi fonctionnent les puissants ordinateurs qui expriment les volontés des « marchés » ; ainsi l’annoncent les thuriféraires du capitalisme. Ainsi parlent les capitalistes. Lesquels sont des gens détestables mais d’une grande franchise cynique.

Difficile de construire un consensus populaire enthousiaste sur le projet d’enrichir une petite minorité toujours plus en appauvrissant la majorité de la population. D’où la place grandissante de la répression dans les techniques de bonne gouvernance.

Dans ce contexte, il est étonnant de voir combien la Brigade anti-criminalité du nord de Marseille a été critiquée par les mêmes qui adorent le Veau d’or. Ces policiers avaient mis en place un système de vol et de racket. Ils avaient gagné ainsi, grâce à leur esprit d’initiative, des dizaines de milliers d’euros, récupéré de la drogue, fait des perquisitions illégales (6). Dans un univers où n’est présenté comme respectable que celui qui amasse de l’argent, ces fonctionnaires ont trouvé une façon privée de gagner plus sans importuner quiconque avec des revendications salariales. Ces policiers de la BAC, ce corps de police connu plus pour leur efficacité à contrôler plusieurs fois le même ado black dans la même journée que par le démantèlement de gangs internationaux, ont trouvé une occupation rentable complémentaire.

Citons un article de Mediapart de fin 2011(7) :

« Des brigades anti-criminalité (BAC) dont les insignes exhibent, au choix, les barres d’une cité prise dans la lunette de visée d’un fusil, des meutes de loup devant des tours d’habitation, une panthère déchirant de ses griffes un quartier plongé dans l’obscurité ou une araignée emprisonnant dans sa toile un ensemble d’immeubles.

Des policiers qui, sous la pression du chiffre, n’exercent pas le métier auquel ils aspiraient. Des hommes en uniforme qui, au lieu d’attraper les «voyous» et les «voleurs», multiplient les petites interpellations sur des «shiteux» et des sans-papiers. Des agents en civil qui s’ennuient et ennuient, voire harcèlent, les habitants des quartiers, surtout lorsqu’ils sont jeunes et issus de l’immigration.

Des unités souvent xénophobes, racistes et adeptes de pratiques discriminatoires. Des modes d’intervention, en patrouille motorisée, inefficaces, qui ne répondent ni aux attentes des habitants, ni à l’exigence de lutte contre la délinquance. »

« Des pratiques qui relèvent souvent d’une logique «postcoloniale» où la référence à la guerre d’Algérie est rarement loin. Des comportements policiers dont les déviances individuelles et institutionnelles échappent au contrôle démocratique. »

« Des forces de l’ordre qui constituent donc, dans les banlieues, un instrument du maintien de l’ordre social, plus que de l’ordre public. »

Il y a des démocrates pour demander la dissolution des BACs ; des personnes ne comprenant rien à la société telle qu’elle va selon Valls et Hortefeux.

Mais revenons à notre propos : ainsi un groupe de ces policiers, souvent inutiles quand ils ne sont pas nuisibles, ont mis en place une sorte de partenariat public-privé dans des secteurs à haute valeur ajoutée, ceux de la drogue et du racket. Et on les accable, alors que la corruption est totalement banalisée depuis au moins l’affaire Bettencourt.

Manuel Valls ne devrait-il pas plutôt les féliciter pour leur courage entrepreneurial ? La loi ne bride-t-elle pas indûment ces entrepreneurs d’avant-garde de même qu’elle gêne parfois la rapidité des licenciements effectués par les grands patrons aux fins de faire des profits plus énormes ?

Pire, n’est-ce pas un de ces fameux « retards français » que cette initiative privée vient souligner cruellement ? En effet, il est temps pour certains que les affaires de répression soient gérés par des entreprises privées. Créer des armées privées est voulu par des parlementaires, anticonformistes à leur façon (8). Pourquoi pas la police ?

Ainsi le « Guardian » nous informe (9) : « En mai, les autorités de police du West Midlands et du Surrey ont sollicité des compagnies privées pour prendre en charge toute une série d’activités, dans ce que le Guardian désigne comme le plus gros contrat de privatisation de la police à cette date. « Si cette proposition est menée à terme, la société qui remporte le marché pourra se voir donner des missions d’investigation criminelle, de médecine légale, de police scientifique, de transferts de détenus », écrit le quotidien. Dix autres services de police du Royaume-Uni envisagent également de recourir à ce type de contrats avec des sociétés privées afin de faire face aux réductions budgétaires gouvernementales. »

Manuel Valls qui n’a pas de tabou de gauche osera-t-il aller dans cette voie? Il serait aventureux d’affirmer que non tant ce gouvernement semble décidé à ne pas surprendre son opposition de gauche.

 

Notes:

1. « Des enfants pourchassés, violentés et humiliés par la police », philippe alain (blog Mediapart),06 octobre 2012.

2. « Manuel Valls ou le plaisir des chaussettes à clous », Michel Deléan (article de Mediapart), 02 novembre 2012.

3. « Valls dégage (ou le chemin de la paix) », Marie Cosnay (blog Mediapart),03 novembre 2012.

4. « Notre-Dame-des-Landes : L’opération César s’embourbe. », Bob92Zinn(blog Mediapart), 03 novembre 2012.

5. « Les policiers lanceurs d’alerte continuent d’être harcelés par leur ministère » Louis Fessard (article de Mediapart), 01 novembre 2012.

6. « BAC de Marseille : de l’argent et du haschisch saisis dans les casiers de la police », rédaction de Mediapart, 05 octobre 2012.

7. « Que fait (mal) la police dans les banlieues? » Joseph Confavreux, Louise Fessard (article de Mediapart), 26 octobre 2011.

8. « Profession, soldat privé », Édouard Sill (blog de Mediapart), 02 avril 2012 .

9. « Au Royaume-Uni, des secteurs clés de la sécurité transférés à une compagnie privée », The Guardian (cité par « la rédaction de Mediapart) , 21 juin 2012.

 

source : http://blogs.mediapart.fr/blog/pascal-b/041112/manuel-valls-et-sa-police-privee-de-tabou

Valls confirme le retour du matricule des policiers

L’idée de remettre un récépissé lors des contrôles d’identité est en revanche abandonnée, à la colère des associations.Le matricule, disparu depuis plusieurs dizaines d’années des uniformes de police, va refaire son apparition dans le but d’éviter les contrôles d’identité abusifs, a annoncé mercredi le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, reprenant une proposition du Défenseur des droits. Le gouvernement a écarté l’idée de remise d’un récépissé lors d’un contrôle, dispositif souhaité par de nombreuses associations qui y voient le meilleur moyen de combattre les contrôles au faciès par la police.

«Les policiers porteront un élément d’identification, sur leur uniforme ou sur leur brassard, bref (c’est) le retour du matricule, parce qu’on a besoin de cet élément d’identification», a déclaré Manuel Valls sur France Inter. Pour que la police «soit plus efficace sur le terrain, elle doit être en confiance, elle doit être respectée», et donc «elle doit être elle-même respectueuse du citoyen», a-t-il dit.

Manuel Valls reprend une proposition du défenseur des Droits Dominique Baudis, qui a préconisé mardi un «matricule visible», selon lui «une garantie pour le citoyen s’il est victime du comportement d’un représentant des forces de l’ordre». A l’inverse, il «permettrait aussi la mise hors de cause de policiers» en cas d’accusation infondée.

Le matricule était tombé progressivement en désuétude avant de disparaître définitivement en 1984, «quand on a changé les uniformes», a expliqué Manuel Valls. La préfecture de police de Paris a été la dernière institution à le porter. Son retour sur les uniformes ne devrait pas provoquer l’ire des policiers, qui y étaient globalement favorables.

«Déplorable»

A l’inverse, les associations de lutte contre les discriminations ont dénoncé mercredi un «recul», réclamant une nouvelle fois la mise en place d’un «récépissé». Lorsque François Hollande s’était engagé à lutter «contre le délit de faciès», le récépissé avait été envisagé mais le Premier ministre a annoncé fin septembre l’abandon du projet, critiqué par Manuel Valls et les syndicats de police, qui y voyaient une stigmatisation et une inutile bureaucratie.

«On se moque de nous», a jugé mercredi Sihame Assbague, porte-parole du collectif Stop le contrôle aux faciès : «C’est très bien un matricule, mais ça ne résout aucun problème» alors que le récépissé «réduit sensiblement les contrôles abusifs».

Pour Lanna Hollo, de l’Open Society Justice Initiative, «ce que nous propose le ministre de l’Intérieur est complètement insatisfaisant et déplorable». Avec le récépissé, «on peut avoir des informations sur les motifs des contrôles, leurs résultats, leur cadre légal», dit-elle. Pour Reda Didi, président de Graines de France, le récépissé est l’outil «indispensable pour rendre plus qualitatif le travail des policiers».

Manuel Valls a répété mercredi qu’un récépissé n’était «pas efficace» : «Je ne veux pas que les polices et les gendarmes aient une tracasserie administrative supplémentaire.» Le ministre, qui a déjà insisté à plusieurs reprises, sur l’importance de proscrire le tutoiement lors des contrôles, a rappelé qu’il était en train, avec la garde des Sceaux Christiane Taubira, de réviser le code de déontologie des policiers. Une circulaire sera adressée «sur les règles en matière d’intervention et de contrôle d’identité».

Début 2012, l’ONG Human Rights Watch avait épinglé la France à propos des contrôles d’identité. Selon une étude réalisée en 2009 par l’Open society, un Noir ou un Arabe ont respectivement 6 et 7,8 fois plus de chances d’être contrôlés qu’un Blanc.

(AFP)