SE FORMER ET AGIR CONTRE LES VIOLENCES POLICIERS !

ATELIERS DISCUSSION-FORMATION CONTRE LES VIOLENCES POLICIERES.
AU CENTRE SOCIAL L’AGORA, QUARTIER LA BUSSERINE.
VENDREDI 4 MARS, 18h-21H

Le collectif « La Classe Dangereuse » vous invite à participer à des ateliers discussion-formation sur les violences policières à Marseille et en France.

RDV VENDREDI 4 MARS à partir de 18h au centre social l’Agora, quartier La Busserine. (venez quand vous voulez jusque 21h). Entrée libre et conviviale. 

A voir et à  faire tourner absolument : https://www.youtube.com/watch?v=HzsgCBpAtuI

CRIMES POLICIERS, SYSTEME JUDICIAIRE, EXPLOITATION, ENFERMEMENT = VIOLENCES D’ETAT

Dénoncer les violences d’État, c’est dénoncer la violence de ses institutions qui discriminent et hiérar-chisent les vies et les personnes, conditionnent une partie de la population à être parquée, contrôlée, humiliée, violentée, enfermée, alors qu’elle octroie à une certaine partie de la société le droit de contrôler les autres.

Depuis leur apparition, le système carcéral et l’institution policière se sont perpétués sous couvert de réformes visant à les rendre plus « humains ». Mais quel que soit le gouvernement, les pratiques policières et l’enfermement ne sont jamais remis en question.

Aucune réforme (comme la récente proposition de «tickets» de contrôle d’identité) ni l’amélioration des conditions de détention ou la construction de nouvelles prisons ultramodernes ne cacheront le fait que l’État envoie des catégories bien ciblées de la population à leur mort, physique ou sociale, sans que le reste de la population ne bronche.

« Dans nos quartiers on tue plusieurs fois »

La peine de mort est censée avoir été abolie en 1981, mais la police et l’administration pénitentiaire tuent et reçoivent systématiquement la caution de la justice pour leurs actes. Depuis janvier 2012, 11 personnes au moins ont perdu la vie suite à une interpellation, un contrôle ou une course-poursuite avec la police. 40 personnes sont mortes en détention dans des circonstances plus troubles les unes que les autres.

Comme le disait Amal, la sœur d’Amine Bentounsi tué le 12 avril à Noisy-le-Sec d’une balle dans le dos par la police, « Amine a été tué 2 fois ». A 30 ans, Amine avait déjà passé près de la moitié de sa vie enfermé pour des délits (vols, braquages, etc. ) . Et alors qu’il s’était octroyé un peu de liberté en ne revenant pas de sa permission, il est abattu d’une balle dans le dos par la police qui se permet de justifier cet acte en clamant haut et fort que « l’homme abattu était un dangereux multirécidiviste ». Ce même homme qui avait dit à sa sœur en 2009 « que cet homme fait de rage et de violence, c’est eux qui l’ont construit, c’est à cause d’eux ».

Les frères Kamara ont été condamnés à des peines de 12 et 15 ans, accusés sans preuve tangible d’avoir tiré sur des policiers lors des révoltes de Villiers-le-Bel en 2007.

En octobre 2011, Jamal Ghermoui était« suicidé » par les matons de Nanterre.

Pierre-Just Marny a mis fin à sa vie l’an dernier en Martinique après 48 ans derrière les barreaux.

Aujourd’hui Philippe El Shennawy, 58 ans, se laisse mourir d’inanition à la prison de Poissy, n’étant libérable qu’en 2032.

La liste est encore longue et le manque d’écho est insoutenable. Cela fait trop longtemps que tout cela se passe, qu’on ne nous laisse pas vivre. Notre silence ferait de nous des complices, quand malgré les humiliations, le manque de soutien et les pressions, des détenus, des proches et des familles de victimes s’organisent et se battent.

Face à leurs murs, leurs institutions et leurs brutalités, notre rage doit résonner…

« La musique fait partie des battements de notre coeur, elle est un cri de ralliement »

Le rap fait écho à ce qui se passe, il laisse s’exprimer les frustrations et les blessures. Il est une dimension de la démarche que beaucoup portent : tenter de redonner de l’espoir à ceux qui n’en ont plus ; inscrire dans la mémoire collective l’histoire des personnes victimes de violences et/ou crimes policiers ou pénitenciers, et l’histoire des luttes pour la vérité et la justice !

Restons déterminés, tous ensemble ne laissons pas la fatalité l’emporter.

ORGANISONS-NOUS POUR RETABLIR LA VERITE SUR LES VICTIMES DE LA

POLICE ET DE LA PRISON, SOUTENIR LES FAMILLES ET LES DETENUS.

contrelenfermement@riseup.net

http://contrelenfermement.noblogs.org

Concert Jeudi 21 Juin vers la prison de la santé pour dénoncer les violences d’état et balancer du son pour les personnes détenues

ON OUBLIERA JAMAIS !

Justice pour Amine Bentounsi tué par la police à Noisy le sec le 21 Avril.

Samedi 24 mars : Commémoration nationale des victimes de la police-

Samedi 24 mars de 14h a 18h A Paris de la place de l’Opéra a la fontaine des innocents

Dans la continuité des appels lancés à Grasse le 24 Février 2012, à Clermont-Ferrand les 15 et 17 Mars 2012, le COLLECTIF VIES VOLÉES
(qui réunit les comités Ali ZIRI, Lamine DIENG,Mickaël COHEN, Mahamadou MAREGA, Abou Bakari TANDIA et Abdelhakim AJIMI …)
organise à Paris la seconde COMMÉMORATION NATIONALE DES VICTIMES DE LA POLICE.

Rejoignez-nous :
Afin de rompre l’isolement des familles victimes de la police ///
Afin de dénoncer l’impunité accordée par la Justice aux policiers auteurs de crimes ///
Pour la reconnaissance publique des crimes commis par la police et passés sous silence depuis des décennies ///
Pour que l’opinion publique comprenne que ces abus de pouvoir ne sont pas des « faits divers » mais des « faits de société » ///
Pour rétablir la vérité sur ces « homicides volontaires en bande organisée par des personnes dépositaires de l’autorité publique »
Parce que nous sommes tous concernés…
Parce qu’il est inadmissible que la parole d’un fonctionnaire de police ne puisse pas être mise en doute et soit systématiquement placée au-dessus de celle des citoyens ordinaires.
Parce que le pouvoir accordé à la police ouvre automatiquement la porte aux abus, soumettant
potentiellement chacun d’entre nous à l’arbitraire et à la violence policière…
Parce que chaque année des dizaines de personnes sont blessées et pour certaines tuées par la police…

Établissons la vérité sur la violence de la police et sur les circonstances de la mort de ses victimes non-lieux, instructions sans fin, obstructions, falsifications ou disparitions de preuves,faux et usage de faux rapports d’auditions … Il y a très peu de cas où la justice a admis la responsabilité directe ou indirecte des policiers.
Ne laissons pas les victimes et leurs familles dans ce déni de
Justice /// Pour briser l ’isolement, le silence et agir ensemble !
Contactez-nous et rejoignez le Collectif des familles :
Collectif Vies Volées / viesvolees.france@gmail.com

Clermont Ferrand-La mobilisation pour Wissam el Yamni continue…

Samedi 11 février, plus de 300 personnes se sont réunis malgré un froid plus que glacial devant le commissariat central de Pélissier à Clermont-Fd à l’appel du Comité « Justice & Vérité pour Wissam ». Objectif : exiger une fois de plus « Justice & Vérité » pour Wissam el Yamni décédé suite à des violences policières le 1er janvier 2012. PAS DE JUSTICE, PAS DE PAIX ! POUR WISSAM ON LACHERA PAS !

Projection-débat « Justice & Vérité pour Wissam el Yamni »…

Le Comité « Justice & Vérité pour Wissam » continue sa « tournée des consciences » et vous invite à une projection-débat mercredi 15 février 2012 à la fac de Lettres (amphi 2 – Tram « Universités »). AU PROGRAMME : > Projection de films témoignages sur la disparition de Wissam (ayr) et sur les résistances contre les violences policières. > Débat en présence de militants du comité, mais aussi [Lire la suite]

Comité « Justice et Vérité pour Wissam »
06-67-95-09-19 – cjvpourwissam@gmail.com
www.cjvpourwissam.over-blog.com

Yvelines: l’adolescent qui avait renversé un policier écroué

Au volant d’un véhicule volé, il avait percuté un policier dans la nuit de vendredi à samedi, à Chatou (Yvelines). En riposte, un autre agent de police l’avait blessé par balle à un bras, avant de l’appréhender. Ce jeune homme de 16 ans, connu des services de police a été mis en examen dimanche par un juge d’instruction, a-t-on appris ce lundi. Il est multiplement accusé de “tentative d’homicide volontaire sur fonctionnaire de police”, de “défaut de permis de conduire”, en passant par “violences avec arme”, “refus d’obtempérer” et “recel de vol”. Concernant le policier qui a fait usage de son arme, les premiers éléments de l’enquête tendent à confirmer la thèse de la légitime défense, avait expliqué samedi le parquet de Versailles.

Dans la nuit de vendredi à samedi, les forces de l’ordre s’étaient rendues à pied dans un parking souterrain à Chatou après avoir été alertées par téléphone par des riverains de la présence d’une personne “suspecte”, selon des sources policières. L’adolescent aurait alors foncé avec une voiture sur un des policiers avant de le percuter. Il aurait ensuite continué sa course vers d’autres policiers, dont l’un a fait usage de son arme en tirant sur le véhicule, blessant le conducteur à un bras. Le véhicule avait terminé sa course dans un mur. Le jeune homme en était alors sorti pour tenter de prendre la fuite avant d’être interpellé par les forces de l’ordre.

L’enquête a été confiée à la sûreté départementale des Yvelines et à l’Inspection générale de la police nationale.

SOURCE : http://www.metrofrance.com/paris/yvelines-l-adolescent-qui-avait-renverse-un-policier-ecroue/mlbm!aQayYqvBdhvGw/