Affaire Ajimi: Sept policiers de la BAC de Grasse présentent leur démission

Ils entendent afficher leur soutien à leurs deux collègues condamnés à des peines de prison avec sursis…

Après la condamnation à des peines de prison avec sursis vendredi de deux de leurs collègues pour homicide involontaire dans l’affaire Hakim Ajimi, sept policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) de Grasse (Alpes-Maritimes) ont présenté lundi leur démission, rapporte Nice-Matin ce mardi.

Il s’agit d’«un geste symbolique fort, signe d’un soutien entier et franc à nos collègues Jean-Michel Moinier et Walter Lebeaupin», a déclaré au quotidien Laurent Martin de Frémont, délégué départemental adjoint du syndicat Unité SGP-Police.*

Hakim Ajimi, un jeune homme psychologiquement fragile,( COMMENT PEUVENT-ILS DIRE/ ECRIRE CA ?? PEUT ON DIRE LA MÊME CHOSE D’UN POLICIER ??? ) était mort par asphyxie à la suite ( POURQUOI IL Y A PAS ECRIT A CAUSE ??!) de son interpellation violente en mai 2008 à Grasse. Les deux policiers ont été reconnus coupables d’homicide involontaire par le tribunal correctionnel de Grasse, et également de non-assistance à personne en danger pour Walter Lebeaupin. Ils ont été condamnés respectivement à des peines de 18 mois et 24 mois de prison avec sursis, mais ils ont fait appel de cette décision. Un rassemblement de soutien aux deux fonctionnaires est prévu devant les commissariats de Grasse et Nice ce mardi midi.

EN EFFET EN PRINCIPE LES PEINES POUR HOMICIDE INVOLONTAIRE : « Le fait de causer, dans les conditions et selon les distinctions prévues à l’article 121-3, par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement, la mort d’autrui constitue un homicide involontaire puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.
En cas de violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement, les peines encourues sont portées à cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 euros d’amende. ( et ceux qui avaient non assistance à personne en danger en fait aurait du au moins être inculpée pour Homicide involontaire )

Déjà il est honteux que les policiers ne soient impliqués que pour homicide INVOLONTAIRE… Ils sont innocentés d’avance quoi… tout ça pourquoi ? Parce que les flics n’ont pas reconnus vouloir le butter ?? Et qu’ils osent salir la mémoire d’Hakim en le faisant passer pour quelqu’un d’incontrôlable sur qui il fallait ( encore une fois ) inévitablement user de la force !
POURQUOI Les témoignages d’acharnement sur Hakim des gens extérieurs qui l’ont vu devenir bleus quand il était entre les mains des keufs ne suffisent pas ??

Le fait que des policiers apportent leurs soutiens à des collègues qui ont été à peine jugés pour ce qu’ils ont fait prouve d’autant plus qu’ils se considèrent au-dessus des autres ( et des lois ); et que eux, quoi qu’ils fassent ont toujours une légitimité et donc ne peuvent pas être condamnés !! C’est honteux!
Démissionnez tous vite on ne veut pas de ce genre de personnes!

*source : http://www.20minutes.fr/societe/887907-affaire-ajimi-sept-policiers-bac-grasse-presentent-demission ( + admin du site ! )

Yvelines: l’adolescent qui avait renversé un policier écroué

Au volant d’un véhicule volé, il avait percuté un policier dans la nuit de vendredi à samedi, à Chatou (Yvelines). En riposte, un autre agent de police l’avait blessé par balle à un bras, avant de l’appréhender. Ce jeune homme de 16 ans, connu des services de police a été mis en examen dimanche par un juge d’instruction, a-t-on appris ce lundi. Il est multiplement accusé de “tentative d’homicide volontaire sur fonctionnaire de police”, de “défaut de permis de conduire”, en passant par “violences avec arme”, “refus d’obtempérer” et “recel de vol”. Concernant le policier qui a fait usage de son arme, les premiers éléments de l’enquête tendent à confirmer la thèse de la légitime défense, avait expliqué samedi le parquet de Versailles.

Dans la nuit de vendredi à samedi, les forces de l’ordre s’étaient rendues à pied dans un parking souterrain à Chatou après avoir été alertées par téléphone par des riverains de la présence d’une personne “suspecte”, selon des sources policières. L’adolescent aurait alors foncé avec une voiture sur un des policiers avant de le percuter. Il aurait ensuite continué sa course vers d’autres policiers, dont l’un a fait usage de son arme en tirant sur le véhicule, blessant le conducteur à un bras. Le véhicule avait terminé sa course dans un mur. Le jeune homme en était alors sorti pour tenter de prendre la fuite avant d’être interpellé par les forces de l’ordre.

L’enquête a été confiée à la sûreté départementale des Yvelines et à l’Inspection générale de la police nationale.

SOURCE : http://www.metrofrance.com/paris/yvelines-l-adolescent-qui-avait-renverse-un-policier-ecroue/mlbm!aQayYqvBdhvGw/

Mascarade au tribunal de Grasse

communiqué de presse Jeudi 19 janvier 2012

A Grasse, tout au long de l’audience, le juge Robail a affiché ouvertement sa connivence avec la police.
Les faits sont pourtant avérés : Abdelhakim AJIMI est mort d’un acharnement des policiers sur sa personne et d’un refus de lui porter secours.
Tous les témoignages sont édifiants. Les expertises accablent les policiers inculpés. Les procès verbaux de ces derniers sont contradictoires, de même que leurs propos à la barre.
Malgré tout, les policiers bénéficient de la complaisance du tribunal. Le Procureur de la République, a pourtant insisté sur la « responsabilité évidente des policiers dans la mort d’Hakim » et a repris la qualification d’« inhumanité » mise en avant par la Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité.
Malgré cela, il requiert des peines minimes, sans commune mesure avec la gravité des faits qu’il avait auparavant lui-même exposés.
Ces maigres peines sont :
- J.-M. Moinier : 1 an à 18 mois avec sursis simple
- W. Lebeaupin : 18 mois à 2 ans avec sursis simple
- J. Manach : 6 à 8 mois avec sursis simple
- B. Julien : 1 an avec sursis simple
- A. Bekhira : 6 mois avec sursis simple.

Pire, de simples peines de principe ont été requises pour les policiers stagiaires M. Authier-Rey et P. Locatelli.
Ainsi fonctionne l’institution judiciaire française lorsqu’elle doit juger des crimes policiers.

NOUS QUITTONS LE TRIBUNAL,
NOUS VOUS LAISSONS ENTRE VOUS.
Comité Vérité et Justice pour Abdelhakim AJIMI
Contact :comite_hakim_ajimi@riseup.net