Communiqué de presse « URGENCE NOTRE POLICE ASSASSINE »

À l’issue du délibéré du procès pour diffamation contre la police

Amal Bentounsi, Farid El Yamni et Hamid Aït Omghar tiendront une conférence de
presse mercredi 28 mai à 9h15

Au Tribunal de Grande Instance de Paris

Poursuivie par le Ministère de l’Intérieur pour une vidéo dénonçant l’impunité
entourant les crimes policiers, Amal Bentounsi saura si elle est condamnée
mercredi 28 mai à 9h00, à la 17ème chambre correctionnelle de Paris.

Quel que soit le verdict, l’accusée compte solliciter Christiane Taubira, aux
côtés de Hamid Aït Omghar et Farid El Yamni, qui ont, comme elle, perdu leurs
frères au cours d’une interpellation policière. Pour elle, « chaque année, il
y a trop de morts, trop d’enquêtes qui se soldent par un non-lieu au bout de 7
ou 8 ans de procédure incomplète, comme celle de Lamine Dieng samedi dernier.
Il est temps que des mesures sérieuses soient prises. Aujourd’hui c’est nous,
mais cette tragédie peut toucher n’importe quelle famille demain.

Suite à la mort de son frère d’une balle dans le dos le 21 avril 2012, Amal
Bentounsi avait diffusé la vidéo sur son site « Urgence Notre Police Assassine
», qui recense les cas de morts dans le cadre d’interventions policières ces
dernières années. Si Manuel Valls, alors Ministre de l’Intérieur, avait décidé
de la poursuivre pour diffamation, la Procureure Aurore Chauvelot a elle
demandé la relaxe le 7 avril dernier, au cours du procès d’Amal Bentounsi.
Cette dernière avait fait témoigner d’autres familles de victimes, le
chercheur Mathieu Rigouste, et la porte parole du Collectif Stop le contrôle
au Faciès Sihame Assbague pour tenter de démontrer que son cri de douleur est
basé sur des faits réels et elle n’est pas une volonté de nuire, il rejoint le
signal d’alarme tiré par de nombreux chercheurs, magistrats, ONGs et anciens
Ministres avant elle.

À une semaine de son procès, Farid El Yamni lançait une pétition sur la
plateforme Change.org s’adressant au Ministère de l’Intérieur. Exigeant
l’abandon des poursuites contres Amal Bentounsi, avait recueilli plus de 7000
signatures.

urgence-notre-police-assassine.fr/

LYON. Pendant son transfert au palais de justice, il se tue en tombant de la voiture de police

Mardi 27 Mars après-midi, aux envions de 15h, un homme, âgé de 39 ans, est mort des suites de ses blessures, en tombant d’une voiture de police qui circulait sur l’A42, à hauteur de Vaulx-en-Velin (Rhône).
Le trentenaire était en cours de transfert au palais de justice de Lyon « pour se voir notifier la prolongation de sa garde à vue » dans le cadre d’un « délit routier », a indiqué une source proche de l’enquête.

Au moment du drame, le prévenu était menotté ; il aurait sauté de la voiture en marche, rapporte Le Progrès.

Deux enquêtes ont été ouvertes pour déterminer les circonstances exactes de la mort de cet homme. L’une confiée à la Sûreté départementale et l’autre à la brigade accident des CRS autoroutiers.

(Source : Le Progrès)

Un prevenu frappé par un policier dans les coulisses d’un procès

Un grave incident s’est produit hier en début d’après-midi dans l’enceinte du nouveau palais de justice de Lyon, rue Servient dans le 3e arrondissement. Un détenu devait rejoindre à 14 heures une salle d’audience, où se déroule depuis lundi un important procès pour trafic de stupéfiants.Sur le chemin, il a été durement frappé par un policier chargé de son escorte. Le détenu souhaitait prendre une bouteille d’eau, comme il l’avait fait depuis le début du procès. Refus du fonctionnaire, le ton est monté et la scène a dégénéré. « Je n’ai jamais vu ça, c’est scandaleux, il est arrivé en sang dans le prétoire » réagit avec véhémence Me Philippe Scrève, son avocat. Selon le défenseur, le prévenu a été frappé alors qu’il était menotté. Le prévenu a été examiné par un médecin avant que les débats ne puissent reprendre, vers 17 heures. Noureddine Agaguena n’avait pas besoin de ça. Il est gravement blessé à la main après avoir reçu une balle perdue dans une cour de la prison. Il se bat contre l’administration pour le régime d’isolement qu’il subit. Relaxé dans une précédente affaire, il est cette fois suspecté d’un rôle prééminent dans un réseau lyonnais d’importation de drogue.L’incident a jeté un froid au palais de justice et pourrait avoir des suites judiciaires.L’escorte à l’origine de l’incident appartient à une unité de la sécurité publique du Rhône.(…) »
( en date du 16/12/10 Source :
http://www.leprogres.fr/fr/region/le-rhone/rhone/article/4325583,184/Un-prevenu-frappe-dans-les-coulisses-d-un-proces.html )

QUE LE POLICIER SOIT SUSPENDU.