Trappes : le défenseur des droits se saisit du cas de l’enfant blessé par flashball

Dominique Baudis s’est auto-saisit dans le cadre de la flambée de violence à Trappes.

Après avoir recueilli des informations sur la situation à Trappes durant le week-end auprès du parquet de Versailles, le défenseur des droits, Dominique Baudis va ouvrir une enquête sur les conditions dans lesquelles un mineur, blessé par un tir de flashball, a perdu un œil, au cours des violences qui ont eu lieu dans la ville des Yvelines.

M. Baudis ne se saisit pas, pour l’instant, de l’affaire sur les conditions d’interpellation de la femme voilée, mais dans le cadre de son enquête sur l’utilisation du flashball, il sera amené à se pencher sur « l’enchaînement des évènements » qui ont amené aux troubles de la nuit de vendredi à samedi, précise-t-on au cabinet de M. Baudis.

Le défenseur des droits peut décider de se saisir du cas de l’enfant blessé, car il est mineur. Pour s’emparer de l’affaire des conditions d’interpellation de la jeune femme voilée et de son mari, il lui faut leur autorisation.

Elise Vincent
le monde.fr

Un mineur de 13 ans disparait dans la loire suite à une altercation avec la police

Des gendarmes de la brigade fluviale effectuent des recherches, le 15
mai ( 2012) sur la Loire à Nantes, pour retrouver un adolescent de 13 ans qui
s’est jeté dans l’eau pour échapper à des policiers qu’il venait de
percuter.

Une information judiciaire pour « tentatives d’homicides volontaires » a
été ouverte par le parquet de Nantes, mardi 15 mai. Cette procédure
intervient après que sept policiers ont été blessés lundi, percutés
par des voitures volées conduites par des mineurs, a-t-on appris
auprès de la procureure de la République de Nantes. L’un des
policiers, projeté à dix mètres a eu cinquante jours d’interruption
temporaire de travail du fait de la gravité de ses blessures.

Cinq mineurs qui se trouvaient à bord des voitures ont été déférés
devant le parquet, a également indiqué la procureure, en précisant que
« deux placements en détention » – à l’encontre du conducteur d’une des
voitures et d’un mineur âgé de plus de 16 ans – et « deux placements en
centre éducatif fermé » ont été requis. Les auditions des mineurs
devaient se terminer très tard dans la soirée, a-t-elle encore
précisé.

Mardi, des plongeurs de la gendarmerie ont commencé à sonder le lit de
la Loire autour du pont Audibert, à Nantes. C’est sur ce pont que les
policiers avaient dressé un barrage dans la nuit de dimanche à lundi
pour intercepter deux voitures volées et qu’ils ont vu les véhicules
accélérer pour les percuter. C’est également à cet endroit qu’un autre
mineur âgé de 13 ans a plongé pour échapper à l’interpellation.

source ( sauf le titre ) : http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/05/15/un-mineur-disparait-…

ET LA MEME HISTOIRE CITE PAR TF1… ( déjà le titre est orienté et le reste aussi… Cet article suit le schéma qu’on dénonce fréquemment : des médias qui relayent ( généralement )les informations de la préfecture de police dressant un portrait faisant limite des victimes des coupables ou qui a bien cherché ce qui est arrivé ( pour certains à priori favorable à la peine de mort)):
« Chauffard ultra-violent à 13 ans : recherches toujours en cours »

Les recherches se sont poursuivies mardi à Nantes après la disparition dans la Loire d’un adolescent de 13 ans, accusé d’avoir percuté volontairement des policiers au volant d’une voiture volée.

Sept policiers ont été blessés lundi 14 mai par des mineurs qui ont foncé sur eux avec des véhicules volés pour s’échapper. L’un d’eux a sauté dans la Loire.Sept policiers ont été blessés lundi 14 mai par des mineurs qui ont foncé sur eux avec des véhicules volés pour s’échapper. L’un d’eux a sauté dans la Loire. © TF1

Sept policiers blessés lors d’un home-jacking par des mineurs – 01 min 33 s

Elles sont restées vaines pour le moment. Mardi à Nantes, les recherches se sont poursuivies pour tenter de retrouver l’adolescent de 13 ans, accusé d’avoir percuté volontairement des policiers au volant d’une voiture volée, en compagnie de cinq autres mineurs. Tous sont dotés d’un passé social et judiciaire déjà lourd.

Les plongeurs de la gendarmerie ont commencé à sonder le lit de la Loire autour du pont Audibert. C’est sur ce pont que les policiers avaient dressé un barrage dans la nuit de dimanche à lundi pour intercepter deux voitures volées et ont vu les véhicules accélérer pour les percuter. Sept policiers ont été blessés, dont un, projeté à dix mètres.

Deux garçons âgés de seulement 13 ans étaient au volant de chacun des véhicules, volés chez des particuliers pendant dans des cambriolages, selon les enquêteurs. L’un des deux, dont la voiture a été arrêtée dans le choc, s’est enfui en descendant le long de la berge de la Loire puis a sauté dans le fleuve. L’autre a réussi à passer le barrage malgré un pneu crevé, s’est échappé avant de foncer de nouveau dans une voiture de police et d’être, cette fois, interpellé avec ses compagnons.

« Ils jouent facilement avec la mort »

L’un comme l’autre avaient été présentés au juge pour enfants la veille, le samedi, pour une dizaine de vols de type « home-jacking » (vols de biens et de voitures). Un des jeunes délinquants interpellés devait être placé en centre éducatif fermé – une seule place étant disponible – mais s’est échappé sur le trajet, selon le procureur de la République. Il a été interpellé peu après les collisions. Le jeune chauffard qui a sauté dans la Loire, avait été « arrêté trois fois la semaine dernière et il avait clairement indiqué qu’il n’entendait pas se faire une nouvelle fois interpeller », selon le secrétaire départemental adjoint du SGP Police Force Ouvrière. Il avait été placé samedi dans un foyer dont il a réussi à s’échapper.

Les six jeunes, parmi lesquels une fille, étaient issus de « familles monoparentales », avec parmi eux, « deux orphelins d’un parent, avec des carences affectives et éducatives énormes », selon les informations recueillies par l’AFP. « A cet âge, ils sont trop grands pour certaines structures et les foyers ne fournissent pas assez d’occupations pour des enfants déscolarisés », selon une source proche du dossier. « Il est possible qu’au barrage de police, eux qui jusque-là n’étaient recherchés que pour vols, pas pour violences, aient plongé dans une situation complètement irréelle, comme un jeu vidéo ou un film », selon cette source. « Souvent ils sont dépressifs, très tristes quand on les rencontre après coup, ils jouent facilement avec la mort »; « ils sont tellement carencés affectivement que lorsqu’ils trouvent un groupe, une fois embarqués dans une même voiture, il leur est très difficile de descendre en route, au sens propre comme au figuré », ajoute cette source.

Placés en garde à vue dès leur interpellation, les cinq adolescents devaient être déférés mardi devant le parquet. La proposition de François Hollande de doubler le nombre de Centres éducatifs fermés – formulée en février en tant que candidat à la présidentielle -, est approuvée tant du côté judiciaire que par les policiers interrogés mardi.

http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/chauffard-ultra-violent-a-13-ans-recherches-toujours-en-cours-7244092.html le 15 mai 2012 à 17:28