VIOLENCES POLICIÈRES : EXIGEONS LA TRANSPARENCE

vp_guepes
 Quel usage font nos policiers et gendarmes de la force publique dont ils sont dépositaires ?

La plus grande opacité règne sur le sujet. Nous ne savons pas combien de personnes sont blessées ou tuées lors d’opérations des forces de sécurité. Nous ne savons pas quelles armes sont utilisées, ni à quelle fréquence. Aucune donnée exhaustive n’est davantage publiée quant au nombre de plaintes déposées contre des agents des forces de l’ordre pour des faits de violences, ni quant au nombre ni au type de sanctions prises à la suite de tels faits.

L’ACAT a enquêté sur 89 cas d’usage de la force par des policiers et gendarmes ayant entraîné des blessures graves ou des décès depuis 2005. À ce jour, seules 7 ont donné lieu à des condamnations judiciaires.

Ce bilan extrêmement préoccupant n’est qu’une estimation, car le ministère de l’Intérieur fait preuve d’une très grande opacité en la matière. Pour dissiper ces doutes sur l’impunité de nos forces de l’ordre, une seule solution : la transparence.

Il semble peu probable que ces données ne soient pas recueillies ou qu’elles ne puissent l’être. Parallèlement, des données chiffrées très précises existent notamment en matière d’objectifs policiers, de nombre d’interventions, de nombre d’agents blessés ou tués dans l’exercice de leurs fonctions.

En tant que citoyens, nous demandons à être informés de l’usage de la force qui est fait par nos policiers et gendarmes. Facile à mettre en œuvre et réalisable, cette mesure de transparence est dans l’intérêt de tous. Il en va de la confiance même qu’accordent les citoyens envers leur police.

SOURCE : http://www.acatfrance.fr/action/violences-policieres—exigeons-la-transparence

Pourquoi la BAC a des manières « rudes et humiliantes »

Pendant quinze mois, l’anthropologue Didier Fassin a pu suivre des policiers en région parisienne. Son constat est accablant. Grand entretien.


Didier Fassin (Andrea Kane)

Anthropologue, sociologue et médecin, Didier Fassin est une des figures des sciences humaines en France. Directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), il est aussi professeur à l’université de Princeton, aux Etats-Unis.

Le document qu’il vient de publier aux éditions du Seuil est exceptionnel. « La Force de l’ordre : une anthropologie de la police des quartiers » est une enquête menée durant quinze mois, en deux fois, entre mai 2005 et juin 2007, dans un commissariat d’Ile-de-France, qu’il ne nomme pas.

En juin 2007, l’administration lui retire l’autorisation qui lui avait été donnée. Mais la matière récoltée était suffisante. Ses observations sont dérangeantes : racisme ou provocations gratuites des policiers, dans un univers où deux camps (jeunes et policiers) s’observent et se mesurent, avec l’avantage de la loi pour les seconds.

Le constat de Didier Fassin n’est pas « antiflics » comme une lecture rapide de son livre pourrait le laisser croire ; parmi les policiers se dessine la lassitude d’une profession pressée par le pouvoir politique de « faire du chiffre ».

Pour les habitants des quartiers de banlieue, le travail de cette police visible n’a pour effet que d’exacerber la tension.

Rue89 : Votre enquête porte surtout sur une brigade anticriminalité (BAC). Quand vous décrivez la journée-type de cette unité spécialisée dans les flagrants délits, vous notez que seul 10% à 20% du temps est réservé à des interventions sur appel de la population.

Didier Fassin : D’abord, mon travail n’a pas porté uniquement sur les brigades anticriminalité. Il a porté plus largement sur l’ensemble de l’activité d’un commissariat d’une grande circonscription de la région parisienne. J’ai eu l’occasion de suivre le travail de plusieurs unités, principalement celles qui interviennent sur le terrain au titre de la sécurité publique. Pour simplifier, il y a deux types de patrouilles :

  • celles qui sont immédiatement visibles, car elles ont des véhicules sérigraphiés et des policiers en uniformes ;
  • et celles de la BAC, qui sont composées de fonctionnaires en civil dans des voitures banalisées.

Intervention de policiers de la BAC lors d’une manifestation contre le CPE, Lille, le 18 mars 2006 (Pascal Rossignol)

J’ai plus travaillé avec ces BAC, car c’étaient celles qui avaient les contacts les plus fréquents et les plus rudes avec la population, une chose que je voulais comprendre.

Pour ce qui est de l’inaction, c’est le cas de la plupart des brigades du genre dans le monde. Des études extrêmement précises ont été réalisées aux Etats-Unis, qui montrent que le temps consacré véritablement à répondre aux demandes des habitants et à intervenir sur des situations de délits ou de crimes représente une toute petite partie de l’activité.

« Un décalage entre l’image de la police et la réalité »

L’observation que je fais, c’est celle d’un décalage entre l’image de policiers toujours sur le terrain et la réalité. Pour autant, il ne s’agit pas de suggérer que les policiers ne travaillent pas : ils ne peuvent pas produire plus de délits qu’il n’y en a d’accessibles. Un vol de téléphone portable, c’est un acte extrêmement rapide, et même la brigade la plus rapide n’arrive quasiment jamais à temps pour attraper le voleur.

Les policiers se plaignent souvent de n’avoir eu qu’un ou deux appels pendant une nuit, pour des faits mineurs, alors qu’ils apprennent le lendemain qu’un cambriolage ou qu’un crime a été commis, sur lequel ils ne sont pas intervenus.

Cette inaction, qui génère de l’ennui, a deux conséquences :

  • le moindre événement prend une dimension extraordinaire, au sens littéral, c’est-à-dire que même sur un fait mineur, on va avoir une intervention de l’ensemble des unités disponibles sur le terrain, puisqu’il ne se passe pas grand-chose. Du point de vue des habitants, c’est assez saisissant, puisqu’ils peuvent voir une dizaine de voitures avec leurs sirènes et leurs gyrophares intervenir dans leur quartier ;
  • les policiers doivent s’occuper, aller au contact de la population. Et ce contact se fait essentiellement au moyen de contrôles d’identité, accompagnés de fouilles. Le contrôle d’identité est ce qui leur permet, ensuite, de répondre à la demande de la politique actuelle, depuis 2002, qui est une demande de chiffres et notamment d’objectifs quantifiés d’interpellations. Ces contrôles permettent de réaliser des actes supplémentaires, surtout des « ILE », infractions à la législation sur les étrangers, et des « ILS », infractions à la législation sur les stupéfiants.

« L’ennui des policiers explique le harcèlement de certaines populations »

On voit donc que l’ennui devient un élément explicatif, aussi bien de l’excès de certaines interventions, que du harcèlement de certaines populations.

Citant un habitant d’une cité, vous dites que les contrôles d’identité visant toujours les mêmes personnes n’affectent nullement les activités illicites, mais font monter la tension.

Les contrôles ciblés sur l’apparence physique, les pressions exercées sur des quartiers ou des territoires, il est évident que ça crée des tensions. Et les gens, qui sont plutôt demandeurs d’intervention des forces de police quand il y a des jeunes qui font du bruit ou qu’ils ont connaissance de trafics, sont souvent choqués par le caractère brutal, indifférencié et finalement contre-productif de l’action de la police.

Il y a plusieurs services de police, et certains font un travail de fond qui est efficace, par exemple pour démanteler des trafics de stupéfiants. Mais les policiers dont je parle, qui sont ceux que voient les habitants, ont une productivité faible du point de vue de la réduction de la délinquance. En revanche, ils génèrent de la tension par leur type d’intervention, à la fois en ciblant certaines populations, et aussi en usant de manières de faire particulièrement rudes et humiliantes.

« Ils doivent montrer qu’ils n’ont pas peur »


« La Force de l’ordre : une anthropologie de la police des quartiers » de Didier Fassin, éd. Seuil, octobre 2011

Vous écrivez que les pratiques de la BAC sont « nettement plus rugueuses et provocatrices » que celles des policiers en tenue, pourquoi ?

C’est la mission qu’on leur a confiée, et c’est aussi le style qu’ils se donnent. Leur mission n’est pas seulement de faire du flagrant délit, c’est aussi de montrer qu’ils sont ceux qui n’ont pas peur, qui sont capables d’aller au contact de façon physique – un haut fonctionnaire les qualifiait de « pêchus ».

Vous racontez une provocation dont vous avez été témoin. Un collégien d’origine africaine marche sur un trottoir, son cartable au dos. Une voiture de la BAC le suit en roulant au pas, pendant qu’un des policiers le couvre d’insultes racistes. Après quelques instants, le collégien dit : « Mais laissez-moi tranquille ! » Les policiers sortent et veulent l’arrêter, apparemment pour outrage, jusqu’à ce qu’une habitante du quartier intervienne…

D’une manière générale, les provocations individuelles comme celle-ci sont fréquentes, en voiture ou pendant les interpellations. Des mots blessants, des gestes brutaux, des bousculades, voire des insultes. Au point que c’est un des apprentissages qu’on reçoit quand on est adolescent dans les cités, les parents leur enjoignent : « Ne répondez pas aux provocations des policiers. »

Quand on dit ça, les gens s’insurgent en disant que les jeunes eux-mêmes provoquent les policiers. Les provocations existent, bien sûr, mais dans des conditions très différentes : en relation individuelle, jamais un jeune ne provoquera un policier, car c’est aller au devant de graves ennuis. Alors que la nuit, de loin, un groupe d’adolescents peut narguer des policiers, voire leur jeter des projectiles.

La banalité des provocations policières

Les provocations existent donc des deux côtés. Mais on peut quand même s’étonner qu’elles soient aussi banales de la part de ceux qui représentent l’autorité publique.

Vous notez que quasiment les seuls individus à réagir de manière insolente aux contrôles d’identité sont issus des classes moyennes ou supérieures. Pourquoi ?

Les gens des classes moyennes en général, et les jeunes en particulier, sont assez rarement contrôlés. Lorsqu’ils le sont, ils vont demander des comptes, essayer de savoir pourquoi on les contrôle.

Les jeunes des quartiers populaires savent très bien qu’on les contrôle, le plus souvent, non pas parce qu’on risquerait de trouver quelque chose (car ils font bien attention de ne rien avoir sur eux), mais parce que c’est un moyen de leur imposer une forme de contrôle social.

Ces jeunes, notamment ceux qui appartiennent aux minorités d’origines subsaharienne et maghrébine, sont extrêmement souvent contrôlés et sujets à des fouilles aux corps. Ils apprennent très vite qu’ils vont être soumis à ces contrôles. Ils savent également qu’ils n’ont aucun moyen d’aller contre ces pratiques, injustifiées et d’ailleurs assez souvent illégales au regard du code de procédure pénale. Ils savent enfin que la moindre protestation peut donner lieu à un outrage ou à une rébellion, dont le coût s’avérerait très élevé en termes de sanction pénale.

Il faut savoir que les outrages et rébellions sont un moyen pour les policiers d’anticiper une plainte pour violence policière. Si la victime dépose plainte, ce sera la parole du policier contre celle du plaignant – dans la plupart des cas, un jeune. Or, les magistrats ont très largement tendance à considérer que ce sont les policiers qui disent la vérité.

L’« outrage et rébellion », outil de contrôle social

L’outrage et rébellion est ainsi un outil de contrôle social particulièrement fort, puisqu’il permet de renverser la question des violences. Du reste, les officiers et les commissaires savent très bien qu’un gardien de la paix qui « fait » souvent des outrages et rébellions doit être particulièrement suivi, car c’est quelqu’un de violent. Il y a des policiers qui n’en ont jamais, ce qui traduit la qualité de leur relation avec les gens, et d’autres qui en ont énormément, et qui sont aussi ceux qui sont le plus convoqués par la commission de discipline.

Donc la hiérarchie sanctionne ?

Elle est tout à fait consciente de ce que je viens de décrire, elle est donc vigilante. Cela dit, les sanctions sont extrêmement rares. Par exemple, pour quelqu’un qui aura eu un certain nombre de rappels en raison de plaintes pour violences, ce sera, dans le pire des cas, de le passer d’une équipe de nuit à une équipe de jour. Il est exceptionnel que les sanctions aillent au-delà.

Vous constatez aussi un racisme affiché, avec un poster du Front national épinglé sur un mur du commissariat, ou des T-shirts de policiers en service siglés « 7-3-2 », pour 732, date à laquelle Charles Martel a battu les Arabes à Poitiers. Parmi les réactions à votre livre, des hauts fonctionnaires et syndicalistes policiers ont affirmé que ce racisme est « exceptionnel ». En convenez-vous ? Et au-delà, était-il pertinent d’effectuer votre enquête dans une brigade entièrement masculine et blanche, dont un responsable, dites-vous, était ouvertement raciste ?

La forme la plus banale de dénégation que j’aie entendue, y compris dans la circonscription où j’ai travaillé, c’est de dire « bien sûr, nous savons qu’il y a des policiers racistes ou violents, comme il y a du racisme et de la violence dans la société en général, mais c’est l’exception et non la règle ». On me disait aussi qu’il y a probablement moins de racisme dans la police que dans la population en général.

C’est un argument classique pour démonter des éléments de preuve.

Donc vous n’en convenez pas ?

Dans la mesure où il n’y a pas d’autre étude prolongée sur des BAC, il n’y a pas d’élément de comparaison.

« Le racisme n’est pas exceptionnel »

Mais je dirais que cela n’est certainement pas exceptionnel, pour les raisons suivantes :

  • un certain nombre de personnalités que j’ai pu rencontrer (représentants syndicaux, hauts fonctionnaires…) m’ont confirmé que ce que je voyais était des choses qu’ils connaissaient, et qu’un certain nombre d’entre eux essayaient d’ailleurs de lutter contre ces pratiques. Il suffit d’ailleurs de voir un certain nombre de faits divers dans lesquels sont impliquées ces brigades pour voir que cela ne relève pas de l’exception. Cela étant, je sais que toutes les BAC de France n’ont pas les mêmes affinités avec les groupes d’extrême droite qu’un certain nombre des membres de celle avec laquelle j’ai travaillé ;
  • il faut bien comprendre qu’il y a des logiques plus générales, des logiques de fond, qui ne peuvent donc pas relever de l’exception. Les missions confiées à ces unités spéciales, le traitement spécial dont elles bénéficient, l’autonomie qu’on leur laisse. Mais aussi le recrutement de leurs effectifs, qui concerne des hommes (exceptionnellement des femmes) qui seront amenés à avoir une vision dure de l’ordre public. Quant aux opinions politiques, on le voit dans nombre d’études internationales sur ces polices, en Angleterre ou au Royaume-Uni par exemple : les policiers sont nettement plus conservateurs que la population en général.

Quel est l’effet du recrutement (géographique, sociologique) des policiers sur leur manière de travailler ?

Les études qui ont été réalisées montrent que 80% des policiers viennent soit de zones rurales, soit de petites et moyennes villes de province. Autrement dit, 80% n’ont pas d’expérience du milieu urbain, des grandes agglomérations. Or, la première affectation des jeunes recrues qui sortent de l’école nationale de police est dans les banlieues, car ces postes ne sont pas très prisés.

« Un décalage ethnique et racial avec la population »

Il y a donc un décalage entre la population et la police en termes ethnique et racial. Les policiers sont majoritairement blancs, même si c’est un peu en train de se corriger ces dernières années, à la suite des efforts faits pour diversifier le recrutement.

Mais le problème me paraît plus complexe qu’une question ethnico-raciale. En réalité, je crois que c’est surtout une question de socialisation. C’est-à-dire où est-ce qu’on a été quand on était enfant ? Dans quelle école on est allé ? Avec qui on jouait au foot ? Qui on avait comme copains ?

Sur le terrain, j’ai pu constater une très grande différence entre des policiers qui avaient grandi dans les quartiers populaires de grandes villes, qui n’avaient pas de préjugés particuliers vis-à-vis des jeunes de banlieue, à l’inverse des policiers qui découvraient la banlieue. Ces derniers ont une image très homogène de territoires qui leur semblent hostiles, de populations qui leur paraissent ennemies. Alors qu’il y a dans ces quartiers, comme partout, une très grande diversité de profils.

 

 

Augustin Scalbert
Journaliste Rue89

MORT D’UN JEUNE POURSUIVI PAR LA POLICE

Un jeune homme âgé de 18 ans est mort, dimanche 9 août (2009) à Bagnolet en Seine-Saint-Denis, après avoir percuté, avec son deux-roues, une barrière de béton alors qu’il était poursuivi par la police, selon une information publiée par le site du quotidien Le Parisien.
Livreur de pizzas, le jeune homme, qui travaillait à 30 mètres du lieu de l’accident, circulait sur une moto boulevard Raspail à Bagnolet vers 21 heures, lorsqu’une voiture de police lui a demandé de serrer à droite pour un contrôle’, a indiqué une source proche de l’enquête. ‘Il a fait l’objet d’une injonction par un fonctionnaire de police et n’a pas obtempéré et a pris la fuite, suivi par la voiture de police’, a expliqué à l’AFP une source judiciaire, confirmant l’information du quotidien.

L’IGS SAISIE

Quelques mètres plus loin à l’angle de l’avenue Stalingrad et du boulevard Raspail, le jeune homme a perdu le contrôle de sa moto dans un virage et a percuté une barrière en béton, selon la police. ‘La voiture de police ne l’a pas touché. Il n’y a pas eu de contact entre la moto et la voiture des fonctionnaires de police’, ajoutent les sources judiciaires citées par l’AFP.

Le jeune homme est décédé des suites de ses blessures. Le corps devait être transporté à l’hôpital de Montreuil, où il doit faire l’objet d’une autopsie lundi. Le Parquet de Bobigny a immédiatement saisi l’Inspection générale des services. Ses enquêteurs procédaient dans la nuit de dimanche à lundi aux auditions des policiers et devaient également entendre des témoins.

La police scientifique a également été envoyée sur les lieux.
Quelques minutes après l’accident, des jeunes originaires du quartier où vivait le jeune homme à
Bagnolet manifestaient leur colère devant des policiers armés de flash-ball. Dix camions de CRS, des policiers et trois camions de pompiers ont été dépêchés en renfort mais aucun incident entre jeunes et forces de l’ordre n’était à déplorer vers 2 heures lundi.

Trop c’est trop, est ce qu’on va continuer à accorder à la police nationale des permis de tuer en toute impunité? Leurs méthodes sont inacceptables !
SI VOUS AVEZ DES INFORMATIONS SUR LES SUITES ET LES DEMARCHES DE LA FAMILLE ECRIVEZ NOUS.