Pantin ( 93 ) : un contrôle d’identité dégénère, une mère porte plainte pour violences policières

 

Une mère de famille a été blessée et s’est vue prescrire dix jours d’interruption temporaire de travail, samedi 26 décembre, après avoir tenté de s’opposer à l’interpellation de ses deux fils, âgés de 18 et 15 ans à Pantin, en Seine-Saint-Denis. L’interpellation a été filmée par une voisine. Devant ces images, Zahra Kraiker, la mère de famille, du mal à retenir sa colère. « Regardez comment ils frappent. Je sépare mon fils parce qu’ils sont en train de le massacrer. On m’a gazé. On m’a mis au sol« , explique-t-elle.

« Elle a eu peur pour son enfant. Et eux, ils se sont comportés comme des animaux, comme si on était des ennemis », fustige son frère, Nordine Isnasni, conseiller municipal à Nanterre et fondateur du Mouvement de l’immigration et des banlieues (MIB), joint dimanche après-midi par francetv info.

Les deux fils toujours en garde à vue dimanche soir

À l’hôpital de Bondy, les médecins ont constaté une entorse au doigt, et diverses contusions, notamment au dos et au coude. Ni elle ni son mari ne comprennent pourquoi leurs fils ont été interpelés, et étaient toujours en garde à vue dimanche soir.

Source : http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/pantin-un-controle-d-identite-derape-une-mere-de-famille-violentee_1241673.html

Souffrance

Texte de Yamina Mahdi, mère de Youcef Mahdi
Voici l’histoire malheureuse et tragique de la mort de mon fils, Mahdi Youcef.
Ce jour du 5 juin 2012, mon fils cadet m’appelle sur mon téléphone pour me dire ‘Maman j’ai pas pu le sauver!’
À ce moment-là, choquée et paniquée, je suis sortie en courant pour trouvez une personne qui pourrait m’accompagner au bord de Seine.
Tout a commencé par un simple contrôle de police qui a dérivé, la police a menacé mon fils de garde-à-vue. Celui-ci a totalement paniqué et a pris la fuite de peur que la police applique ces menaces, toujours très insistantes sur sa personne en particulier.
De là, il a sauté dans la Seine par défaut d’autre chemin. Youcef pensait réussir à traverser la Seine sans problème car c’est un bon nageur. Il a commencé à nager, mais très vite, il s’est fatigué, avant même d’arriver au milieu de la Seine.
Youcef a appelé à l’aide en criant très fort ‘Aidez moi !!!!’ et tout de suite après, sans hésiter, son petit frère de 19 ans a sauté pour le secourir, mais sans succès.
Les policiers qui étaient présents pendant les faits n’ont pas réagi. Pendant que mon fils se noyait, les policiers lui ont dit : ‘Tu fais plus le malin maintenant !!!’ Alors que Youcef demandait de l’aide, les policiers s’en réjouissaient.
De plus, ils n’ont pas immédiatement appelé les secours, ils ont attendu plus d’une heure avant de réagir et enfin appeler le Samu. Malheureusement, il était trop tard, Youcef était resté plus d’une heure dans l’eau.
Alors dites-moi, où est la justice qui doit nous protéger quand on est en danger ?
Mon fils n’avait que 23 ans, il venait juste d’avoir un petit bébé.
Nos enfants ne sont pas en sécurité avec cette justice !
Moi et mes enfants, nous sommes brisés à jamais !

Bondy : la mère d’un suspect meurt lors d’une perquisition

La mère d’un homme soupçonné dans une affaire de stupéfiants est morte ce mardi matin lors de la perquisition de leur appartement à Bondy (Seine-Saint-Denis). Dans la matinée, sur commission rogatoire d’un juge de l’Oise, les gendarmes ont interpellé en Seine-Saint-Denis un homme dans le cadre d’une enquête de trafic de stupéfiants.

Ils sont ensuite allés perquisitionner l’appartement de sa mère à la cité Martin-Luther-King, de Bondy.

C’est durant la fouille de l’appartement, que la mère du suspect, âgée de 62 ans, aurait fait un malaise cardiaque. Elle est décédée malgré l’intervention des secours. Pris à partie, les gendarmes ont appelé à la rescousse les policiers locaux. La situation a été très tendue toute la matinée dans la cité.La procureur de la République de Bobigny, Sylvie Moisson, a ordonné une autopsie qui devait être réalisée dès cet après-midi et a saisi le service départemental de la police judiciaire pour enquêter sur les causes de ce décès.

 

source : LeParisien.fr