Mort de Zyed et Bouna à Clichy. Le procès débute lundi à Rennes

 

  • Me Jean-Pierre Mignard, mardi à Paris, encadré par Siyakha Traoré (à gauche) et Adel Benna, grands frères des deux ados électrocutés. La mort de Zyed et Bouna déclencha la crise des banlieues en 2005.

    Me Jean-Pierre Mignard, mardi à Paris, encadré par Siyakha Traoré (à gauche) et Adel Benna, grands frères des deux ados électrocutés en 2005. | Photo Ouest-France
  • Deux policiers n’auraient pas porté secours, en 2005, à Zyed et Bouna. Leur procès débute lundi à Rennes. Les frères des victimes et leurs avocats ont pris les devants, mardi.

Un procès, dix ans après. Pour Mes Tordjman et Mignard, les avocats de la partie civile, c’est « une première victoire » dans une affaire où le non-lieu avait, dans un premier temps, été prononcé.

Qui va-t-on juger devant le tribunal correctionnel de Rennes ?

Un gardien de la paix et la standardiste de l’époque au commissariat de Livry-Gargan. Le premier n’aurait pas averti du danger les ados qui, poursuivis par la police ce 27 octobre 2005, avaient trouvé refuge dans une centrale électrique à Clichy-sous-Bois. La seconde aurait omis de prévenir EDF.

Zyed Benna, 17 ans, et Bouna Traoré, 15 ans, sont morts électrocutés dans des « conditions atroces », victimes d’un arc électrique de 20 000 volts. Leur camarade, Muhittin Altun, 17 ans, a été grièvement blessé. Il devrait venir témoigner à Rennes.

« Apartheid mesquin »

Comme les grands frères des deux jeunes décédés. « Pourquoi avoir mené une opération aussi musclée contre deux ados sans histoire ? », s’interroge Adel, le frère de Zyed. Il est question d’encerclement du site, une fois les jeunes retranchés à l’intérieur, d’aboiements d’un chien, de sirènes hurlantes…

En 2005, le tragique fait divers avait mis le feu aux banlieues. « Ce jour d’octobre 2005, en fin d’après-midi, les policiers ont poursuivi deux ados sans savoir pourquoi, assure Me Jean-Pierre Mignard, hier, lors d’une conférence de presse à Paris. Cette situation absurde illustre l’apartheid mesquin qui régit les rapports sociaux dans ces cités où deux mondes vivent séparément et s’ignorent. »

(…) La défense nie farouchement toute volonté des policiers de ne pas porter secours.

Selon leur avocat, Me Daniel Merchat, le gardien de la paix poursuivait des jeunes aperçus sur un chantier. Et il n’aurait jamais vu les deux ados rentrer sur le site d’EDF.

(…) Le procès s’annonce tendu, malgré son dépaysement à Rennes et un climat plus apaisé qu’à l’époque. « Je souhaite que la mémoire de mon frère soit réhabilitée, confie Adel Benna. Si au moins, grâce à ce procès, les policiers traitaient mieux les jeunes des banlieues… Il ne serait pas mort pour rien. »

Source : http://www.ouest-france.fr/mort-de-zyed-et-bouna-clichy-le-proces-est-lance-3245590

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>