Mort de Zyed et Bouna : relaxe des policiers confirmée en appel

Zyed et Bouna sont morts électrocutés le 27 octobre 2005 à Clichy-sous-Bois. (DR.)
 «On a perdu. » La phrase est lâchée au téléphone ce vendredi matin, à la sortie de la cour d’appel de Rennes, par Emmanuel Tordjman, l’un des avocats des familles Traoré, Benna et Altun. Le 27 octobre 2005, à Clichy-sous-Bois, leurs enfants, Bouna et Zyed, 15 et 17 ans, sont morts électrocutés dans un transformateur, où ils s’étaient réfugiés pour échapper à un contrôle de police. Seul Muhittin Altun, 17 ans à l’époque, avait survécu, grièvement blessé.

Après de nombreux rebondissements judiciaires, deux fonctionnaires de police, un gardien de la paix de la BAC (brigade anticriminalité) sur les lieux ce jour-là et la standardiste stagiaire du commissariat de Livry-Gargan ont été poursuivis pour non-assistance à personne en danger. Le tribunal correctionnel de Rennes, qui les a jugés pendant une semaine en 2015, les a finalement relaxés.

La partie civile va former un pourvoi en cassation.

Les parties civiles ont fait appel sur les intérêts civils, ce qui a donné lieu à une nouvelle audience le 13 mai 2016, laquelle s’est résumée aux seules plaidoiries des avocats. La partie civile a tenté de faire reconnaître la faute des policiers et réclamé 1,47 M€ de dommages et intérêts.

Daniel Merchat, avocat des policiers, comme l’agent judiciaire de l’Etat, se disaient sereins à la sortie de l’audience. Ce vendredi 24 juin, la cour d’appel leur a donné raison. « Le jugement correctionnel est confirmé dans toutes ses dispositions », commente, satisfait Me Daniel Merchat. Pour autant, cet arrêt n’est pas l’épilogue judiciaire de l’affaire.

La partie civile annonce d’ores et déjà un pourvoi en cassation.

 

 

 

 

 

 

 Source : http://www.leparisien.fr/clichy-sous-bois-93390/mort-de-zyed-et-bouna-relaxe-des-policiers-confirmee-en-appel-24-06-2016-5910027.php

Mantes-la-Jolie : 25ème anniversaire de la mort de Youssef Khaïf

C’était il y a 25 ans. Youssef Khaïf est décédé le 9 juin 1991 à Mantes-la-Jolie (Yvelines). Le jeune homme en 23 ans qui circulait en voiture a été tué d’une balle dans la nuque.

Pascal Hiblot, le policier auteur des tirs a été jugé 10 ans après les faits par la Cour d’Assises du tribunal de Versailles. Il a été acquitté le 28 septembre 2001.

Un autre jeune du Val Fourré est mort 13 jours avant Youssef Khaïf. C’était Aïssa Ihich, victime d’une crise d’asthme au commissariat de Mantes-la-Jolie le 27 mai 1991.*

 

A RELIRE/ VOIR :
> « Que vaut la vie de Youssef ? » http://policepersonnebouge.free.fr/vpc.htm

http://atouteslesvictimes.samizdat.net/?p=313

et https://www.monde-diplomatique.fr/2001/11/CYRAN/8139

*Source : mantes-actu.net

ABATTU PAR LA POLICE À LA SORTIE DE L’A31 À LESMÉNILS

Un homme âgé d’une vingtaine d’années a été abattu lors d’une opération de police judiciaire sur une bretelle de sortie de l’autoroute A31, à Lesménils. Les faits ont eu lieu cette nuit, entre 3 h et 4 h. D’après les premiers éléments recueillis, la PJ de Nancy renforcée par une équipe spécialisée d’intervention – la BRI de Strasbourg – travaillait depuis plusieurs semaines sur un important trafic de stupéfiants. Et visiblement, les policiers s’apprêtaient à réaliser une saisie en flagrant délit lors d’un transfert de drogue qui empruntait l’A31.

Au volant d’un monospace gris immatriculé dans le Jura, un trafiquant présumé aurait été bloqué par la police sur la bretelle de sortie n°28, en direction de Lesménils et de l’aéroport régional. Le conducteur aurait réussi à redémarrer en direction de la commune de Lesménils en forçant le dispositif policier. Après avoir franchi le pont qui enjambe l’A31, avant d’arriver sur le rond-point de Lesménils, le fuyard aurait tenté de reprendre l’autoroute, en direction de Nancy, cette fois. Dans une courbe, son véhicule pris en chasse par la police aurait traversé un terre-plein, dans les hautes herbes et se serait immobilisé contre le rail de sécurité de la bretelle d’accès, à proximité de l’hôtel Campanile.

Le conducteur était-il armé ? A-t-il ouvert le feu sur les policiers en tentant de prendre la fuite à pied ? L’équipe d’intervention a-t-elle effectué un ou plusieurs tirs de riposte ? Toujours est-il que la police a fait usage des armes à priori à deux reprises. Le dealer présumé a été grièvement atteint au moins une fois, au niveau de la tête. Il n’a pas survécu à ses blessures.

Au moins un policier a été légèrement blessé au cours de l’intervention.

Source : L’est republicain

article paru le 26/05/2016

CONF PRESSE : CRÉATION DU COLLECTIF VÉRITÉ ET JUSTICE POUR HOCINE BOURAS

Inscription obligatoire – Invitation destinée à la presse – Participation soumise à la validation des organisateurs 

Conférence de presse du collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras.
 le 28 mai prochain, à 17h au café le Romulus, à Strasbourg
12 rue de Rome, 67000 Strasbourg – Esplanade

Le 26 août 2014, Hocine Bouras a été tué d’une balle à la joue sur l’autoroute A35 par un gendarme, alors qu’il était menotté et en situation de transfert vers le tribunal de Colmar. Depuis, plusieurs membres de sa famille avec l’aide de militant.e.s locaux, et d’autres collectifs qui luttent contre les crimes policiers, se démènent pour obtenir Vérité et Justice pour Hocine, « mort pour rien ».

Plusieurs événements ont déjà eu lieu à Strasbourg, Colmar, et ailleurs, permettant d’exposer publiquement les faits, et sensibiliser les militant.e.s et la population pour obtenir du soutien auprès de la famille : journée « Que (nous) fait la police », Marche blanche pour les 1 an et rencontre avec d’autres collectifs, concert de soutien, participation à la « Marche de la Dignité » à Paris, rencontre autours du film « Qui a tué Ali Ziri », tables d’information et tractages, … etc

Après le non-lieu pour le gendarme déclaré en janvier 2016 par le Parquet, la famille décide de ne pas baisser les bras en faisant appel de cette décision de justice. Elle a aujourd’hui conscience que seule la construction d’un rapport de force collectif lui permettra de renforcer cette lutte, et décide ainsi de créer le « Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras ». L’aide et l’implication de chacun et chacune, ainsi que des organisations et associations y seront la bienvenue. Le 28 mai prochain, nous vous proposons de nous retrouver ensemble pour discuter du drame qui a touché Hocine Bouras, et de la manière dont nous pouvons nous organiser pour soutenir au mieux la famille dans ce combat judiciaire, mais aussi nous organiser politiquement contre ce que plusieurs autres collectifs appellent déjà le « permis de tuer ».

La famille ainsi que les avocats seront présents pour permettre à tous et à toutes d’être tenu au fait des avancées du procès, des besoins attendus de ce collectif, mais aussi des perspectives à mener.*Café 

Contact et inscriptions :

collectifhocinebouras@gmail.com

Marche Action 4 et 5 juin

Quartier populaires#Nuit debout Convergence des luttes !

Nous,#Nuit Debout et Habitant-e-s des Quartiers populaires appelons à une Marche Action dans les Quartiers populaires

Venez nombreux !

Départ Samedi 4 juin Rdv à 17h République – Paris Action Dim. 5 juin 10h à Porte des Lilas,avec HK

Un vent de contestation souffle aujourd’hui sur la France !

Un vent porteur d’idées nouvelles, solidaires et fraternelles. La convergence des luttes s’opère, chaque jour, un peu plus, sous nos yeux, et #Nuit Debout en est un des plus beaux symboles.

Un mouvement aux mille visages, inédit et déstabilisant pour les soutien d’un système déshumanisé et déshumanisant, inégalitaire.

Nous, habitants des quartiers populaires, nous en avons assez du bla bla !

Pour nous aussi, dans nos villes et nos quartiers, la lutte se mène chaque jour sur le terrain, quand il s’agit de porter solidarité à des familles expulsées de leur logement ou menacées.

Pour résister à la spéculation immobilière, aux violences policières,

au racisme, au sexisme, à la pauvreté, à toutes les formes de discrimination.

Au nom de nos valeurs communes, nous nous mobilisons pour soutenir la lutte des ouvrier-e-s contre la casse de leur outil de travail et des acquis sociaux, des paysan-e-s faisant face à des projets industriels illégitimes, des précaires de plus en plus précaires, des sans papiers, des réfugiés, des mal logés, des femmes…

Mais aussi,nous sommes aux côtés des infirmier-e-s, des enseignant-e-s, des postier-e-s,des cheminot-e-s, des routier-e-s et plus largement de ceux et celles qui voient chaque jour les libertés fondamentales, les droits, la protection sociale ou les services publics attaqués et mis en cause.

Notre idée reste toujours la même ! Soutenons nous les uns les autres !

Mobilisons nous les uns pour les autres ! Veillons les uns sur les autres, contre cette oppression écrasante que nous imposent les plus riches, les banques, les spéculateurs, les faiseurs de guerre, de répression, d’inégalités sociale, d’injustices.

Nous, #Nuit debout et Habitant-e-s des Quartiers populaires, nous sommes en lutte depuis longtemps !

Nous ne sommes pas en reste !

Aujourd’hui, nous vous appelons à marcher, tous ensemble, à déboucher sur des actions concrètes et emporter des victoires !

Départ Samedi 4 juin Rdv à 17h République – Paris

Pour nous rendre aux amandiers dans le 20e et soutenir le Comité vérité et

justice pour Lamine Dieng, puis nous irons aux Lilas pour la lutte des salariés

d’une blanchisserie

Action Dim. 5 juin 10h à Porte des Lilas,

avec HK

Pour aller rencontrer dans le quartier des Fougères les travailleur-se-s du

nettoyage dans les HLM en lutte durant 4 mois soutenus par les locataires de

Pour rejoindre les habitants de la cité Gagarine, à Romainville, en lutte contre

les expulsions, la démolition de leur école et de leur quartier :

Nous restons ouvert pour les étapes qui se trouveront sur notre parcours

Luttons, debout, tous ensemble, on ne lâche rien!

1er signataires : Comité DAL SPOUTNIK Gagarine, com Banlieue Debout/Quartiers

populaires Debout, Ciné-lutte, DAL, HK et les Saltimbanks, Collectif Justice et vérité

pour Ali Ziri, Collectif Urgence notre police assassine, UJFP, Emancipation tendance

intersyndicale, Droits devant !, Revue Vacarme, Comité de soutien des grévistes du

Contact.marche.clnd@riseup.net